Construire réversible
2015

Qu’attendons-nous pour construire des bâtiments réversibles ?
C’est la question que pose l’atelier d’architecture Canal, participant ainsi, avec d’autres, à l’émergence du concept de réversibilité.
Alors que la pénurie de logements est depuis longtemps avérée, l’Observatoire régional de l’immobilier d’entreprise évalue à 3,9 millions de mètres carrés les surfaces de bureaux vacants en Île-de-France. Vacance car obsolescence.
Les organisations du travail évoluent vite et l’équation se complique pour satisfaire la demande des entreprises.
Variations, flexibilité, confort, localisation, charges sont autant de critères déterminants.
Malgré tout, on persiste à construire des bureaux, potentiellement plus rémunérateurs pour les investisseurs comme pour les communes, à défaut de l’être toujours dans les faits.
Dans un tel contexte, la réversibilité du bâti, notamment bureaux-logements, apparaît plus que jamais pertinente.
La proposition consiste à anticiper les mutations d’un édifice, non en les programmant – l’avenir réserve des surprises – mais en les facilitant afin d’alléger au maximum les adaptations et les coûts de transformation.
Dans une société de plus en plus soucieuse de durabilité mais en proie à des mutations rapides, cette approche se propose de réconcilier cycle court et cycle long.